Art Gallery

 

The Mechanism of Joy – 2016

Already sold / Déjà Vendue – 16″x20″ – acrylic

This work of art is designed to represent the mechanism of joy. In other words, it is how the  emotion « joy » is felt by the artist. In the painting, we can experience the build-up of the emotion « joy » and  how it affected the painter. Since the definition of an emotion is personal and varies from person to person, it is normal that this thematic is difficult to understand even for the artist himself.

It is completely understandable that some people won’t even recognize « joy » in this painting, but let me help you understand how I tried to divulge this emotion in the various colours, texture and flows in the « Mechanism of Joy .»

My presentation:

All start in the centre of the painting (where there is the shape of a circle similar to a vortex), we can see a singular black point in its middle; it is the representation of an « everyday event » (something that could happen randomly or on purpose; a simple thing that you noticed; it is simply anything that could happen at any moment to you). For the purpose of the comprehension, I will use an example of an  « everyday event »; this morning you wake up and you took a coffee but instead of every day you did put in a little something special, you poured in it a little of cream and sugar. This unusual action made you happy even if it was almost nothing. We can use the middle black point in the painting as it was this moment when you dip your lips in this delicious coffee. From this instant, a wave, a tornado of emotions that you could define as « joy » pass through you. This emotion is going in every direction without any real control. It is, also, changing of composition without any alert. The different colours and flows represent this free flow of emotion a human can experience when having interaction with is environment or/and with himself. Those flow of colours made collision with others and created a feeling of chaos in the body of the coffee drinker. Surely those facts illustrate well how this emotion is complex and difficult to define.

The colour choice of Antoine enhance the presence of happiness in the artwork. The colours pass from black to white without missing any nuances, this choice of colour composition bring some assumptions of different variations of emotions while experiencing « joy .» For example, the purple could be associated to melancholy and the black to deception. At the end, it is your own perception that will guide you through this complex phenomenon because as I explained to you, it is a complex emotion that everyone has problems to understand. What is the key of happiness?

The only tangible thing about this emotion is that it will end-up going  out of your body (get out of the frame of the painting) and I do think it isn’t made for you to understand it; it is meant to be understood by the other individuals that surround us. This could bring a totally new perspective to « joy .»

The message:

« Joy » is a complete chaos and it is truly difficult to size the real meaning of it and it’s source. Don’t try to control or even understand it. Let this emotion flow, in its own way, through your mind and body and let it make is way out of it. Accept to not know the meaning of joy and just appreciate it. Under my understanding of what surrounds us, people are at the research of « joy » like it was the single reason to live but truly I just think it is a consequence of living life; in other words, stop trying to find the perfect way of living just live and joy should come with it.

At first, I was trying to know what is driving this emotion by painting it in an automatic way but at the end I understood that it wasn’t a realistic goal; it was an impossible task. From there I conclude that the essence of joy is its unpredictability. The more you think you know about this complex emotion; the more you are a complete ignorant of what it truly is. Live your life and expect nothing more than itself, and you will start to be the most joyful person you know and be happiest than you ever did.

 

Evasion – 2016

Already sold / Déjà Vendue – 16″x20″ – acrylic

Prenez ici le large à bord d’un nuage, sur un fleuve sincère qu’il suffit d’écouter. Sur ce bateau marin, la voix de l’artiste est la voie de l’eau. Harmonie des fluides, qui s’écoulent hors de lui. L’eau qui coule, qui ruisselle, laissant derrière elle un vide, nettoie son âme trouble de tous ses tourments. La surface de cette mer peut sembler houleuse, dérangeante : il faut plonger plus creux pour saisir l’ampleur de la sérénité qui habite cette toile.

Au commencement de cette épopée, le peintre de son arme – sa rame, son pinceau – laisse aller libre court à sa fougue d’artiste : l’eau éclate en amalgames pastels, taches sauvages agitant une rivière vierge. Si on prête l’oreille, ses sirènes nous crient : « Je ne suis qu’un barbare, un pirate, un voleur; Éloignez-vous de moi, je suis Léviathan! »

Cependant vint un vent doublé d’une mélodie qui chuchotait à l’homme : « Je suis femme, aimez-moi… » Aussitôt entendue, cette parole douce doucement force l’âme à se révéler dans toute sa splendeur, toute sa profondeur.

Ce fluide chant divin, qui pourtant lui parvint du fin fond de l’abîme, éleva son cœur si haut qu’il en perdit toute préoccupation. La tête enfin vidée, son être humidifié sans être détrempé, put enfin se coucher au fond d’un lac gelé.

L’eau purificatrice d’une mer autrefois agitée nous apparaît enfin, si lisse, si parfaite : c’est la fougue du peintre désormais apaisé, sa soif avide du pur enfin désaltérée. C’est le calme serein, la quiétude d’un sein.

Reste au bord de la toile, une unique question : cette paix en son cœur, n’est-elle qu’éphémère?

François Chénier

Peinture réalisée par Antoine Veilleux. Description réalisée en collaboration avec François Chénier; écrivain et poète.

 

StraightForwardMyLife – MyLifeStraightForward – 2016

For sale / à vendre – 11″x9″ * 2 – acrylic

L’artiste dit : « Je vais. » À vous de le suivre ou de rester. Cette œuvre, c’est sa vision, sa façon d’œuvrer. Certains diront : « obstination ». À vous de décider…

Son efficacité est indéniable : la précision et la linéarité de celle-ci symbolisent le désir de l’artiste de toujours foncer vers la direction qu’il croit la bonne. A-t-il raison, a-t-il tort? De toute évidence, lui seul le sait. De toute évidence, il sait où il se dirige : vers l’avant. Le futur lui appartient, puisqu’il s’y précipite sans se soucier du passé. L’intensité est ce qui le caractérise, malgré la dimension de l’œuvre, plutôt petite. Même dans les plus menus détails, l’artiste garde le cap, conserve la même optique : avancer. Tel Emil Zátopek, il n’a que faire de la technique, des apparences, des conventions. Ce qui lui importe, ce sont ses objectifs personnels : arriver le premier à la ligne d’arrivée, gagner, triompher. Ce que certains accomplissent sur des parcours de dizaines de kilomètres, l’artiste l’accomplit sur une surface plane de 11 pouces par 9 pouces (2x). L’efficacité de son coup de pinceau est indéniable et transporte en un coup d’œil le spectateur vers l’avant. Avancer, toujours.

Pourquoi cette obsession? Différentes raisons expliquent ce choix, qui n’en est pas un. Tout d’abord, l’artiste encourage le spectateur à prendre sa vie en main et prenant exemple sur lui. Le conducteur, c’est lui. Sa vie, la sienne. Ses ambitions, bien qu’inconnues de tous, il les connaît. Peu lui importe de les partager avec autrui. Il désire plutôt être moteur de changement et encourager les gens à adopter une attitude de gagnant face à la vie, qui se révèle parfois très déroutante. La consistance est, selon lui, la meilleure arme pour combattre les différents obstacles qui se présentent à l’homme au quotidien.

Il s’agit donc plus d’un état d’esprit que d’une façon de faire. Similaire à la pensée positive, elle n’est cependant pas toujours facile à appliquer et, surtout, elle est loin d’être magique! Elle demande au préalable un long exercice d’introspection dont le but est d’établir des objectifs personnels clairs et précis. Là réside toute la force de cette œuvre : elle ne dit rien, elle ne fait que suggérer. Elle ne force rien, elle ne fait que proposer. La tâche du spectateur, s’il l’accepte, est donc de prendre une pause afin d’établir un plan d’action. S’il connaît déjà sa voie, point besoin pour lui d’écouter la voix de l’artiste! Mais s’il se sent perdu, comme plusieurs d’entre nous, particulièrement les jeunes, il lui serait bénéfique de méditer sur son rôle sur Terre.

Cela ramène évidemment à des sujets abordés par de grands philosophes antiques, comme Socrate, qui disait : « Connais-toi toi-même ». (À noter que cette « injonction morale et épistémologique […] n’est pas exactement de lui. » Il s’agit en réalité d’une « devise inscrite au frontispice du Temple de Delphes que Socrate reprend à son compte. ») L’homme doit donc préalablement, selon cette phrase, avoir une profonde connaissance de lui-même avant de pouvoir réellement tirer profit de la façon de penser proposée ici par l’artiste. Sans cet acquis, rien, ou très peu, n’est possible. Du moins pas à long terme. Et c’est justement ce qui intéresse l’artiste : le long terme! Son regard, guidé par des buts bien précis, se fixe au loin et y reste rivé. Peu importe la situation.

Il est d’ailleurs remarquable que l’œuvre soit, en réalité, « double ». Cela symbolise justement la capacité de l’artiste à garder la même approche, peu importe la situation. En affaires, en amour, en riant, en dormant… peu importe! Par temps chaud, par temps froid, « il faut marcher droit devant », comme le disent si bien les Cowboys Fringants. La route de chacun n’est évidemment jamais de la même longueur. Certains courent le marathon, alors que d’autres se contentent de se rendre au dépanneur au coin de la rue. À chacun ses propres objectifs, ses propres ambitions. Il suffit d’être satisfait une fois rendu à destination.

Reste à savoir si cette façon de penser ne représente pas certains dangers pour celui qui l’adopte. Par exemple, en résulterait-il un certain déni du monde environnant et des autres individus? Il s’agit en effet d’un risque possible, qu’il serait préférable d’éviter afin de s’assurer de ne pas déraper, de ne pas se retrouver seul dans son propre monde.

Cependant, la possibilité d’une fusion n’est pas exclue de l’œuvre, comme l’illustre le mélange de multiples couleurs qui s’harmonisent parfaitement, malgré un certain désordre. Seraient-elles, finalement, une représentation de chacun de nous vivant en harmonie et avançant, d’un commun accord, vers un même objectif? Rêve en couleur…?

François Chénier

Peinture réalisée par Antoine Veilleux. Description réalisée en collaboration avec François Chénier; écrivain et poète.

http://la-philosophie.com/socrate-connais-toi-toi-meme / http://la-philosophie.com/socrate-connais-toi-toi-meme

 

Immersion – 2016

For sale / à vendre – 16″x20″ – acrylic

Suite logique de Straightforwardmylife – Mylifestraightforward, cette œuvre illustre quatre situations que chaque personne qui désire changer radicalement sa vie risque de vivre.

Afin de mieux comprendre chacune d’elle, il importe de garder en tête que trois facteurs sont à prendre en considération lorsque nous envisageons un changement majeur : nos expériences antérieures, nos perceptions de qui nous entoure et notre propre ignorance. En se basant sur ceux-ci, la compréhension des quatre situations est possible et aisée.

Première situation possible : être dominé par nos propres perceptions, souvent très éloignées de la réalité. Cela peut avoir comme conséquence de nous amener à désirer quelque chose qui, finalement, n’est pas véritablement ce que nous désirons. Un exemple bien simple : observer un étranger et rêver de lui ressembler, d’agir comme lui, bref, d’être lui. Cela nous conduit généralement à être insatisfaits de notre propre personne, ce qui est loin d’être souhaitable. Le désir de changement devient donc encore plus grand. Cependant, il est guidé par une force négative, qu’il serait préférable d’éviter.

Deuxième situation possible : être dominé par l’ignorance. L’ignorance de l’ailleurs, d’autrui, du monde qui nous entoure, bref, de tout ce qui n’est pas nous-mêmes. Cela peut avoir comme conséquence de nous empêcher de profiter de certaines opportunités qui nous seraient pourtant bénéfiques et qui nous aideraient dans notre processus de changement. L’ignorance découle souvent d’une tendance à rester centré sur nous-mêmes, à ne point se soucier d’apprendre grâce aux autres. Il s’agit donc, en quelque sorte, de l’opposé de la première situation. Il est évident que cette situation n’est malgré tout aucunement désirable, puisqu’elle nous ralentit dans notre objectif qui, souvenons-nous : changer notre vie.

Troisième situation possible : être victime d’un mélange néfaste d’ignorance et de perceptions erronées. Il s’agit donc, en quelque sorte, d’une fusion de la première et de la deuxième situation. Dans cette situation, nous devons donc faire face à deux éléments contraires : désirer changer, mais ne pas le faire puisque nous ignorons comment s’y prendre. Cela peut avoir comme conséquence de nous amener à changer constamment d’idée, à être incapable de garder le cap sur un objectif précis, ce qui n’est pas souhaitable lorsque nous désirons changer de vie. Les personnes vivant dans cette situation pourraient donc être qualifiées de « nomades non assumés », puisqu’elles désirent bouger, mais elles ne le font malheureusement pas réellement. Ces personnes sont donc constamment à la recherche… mais de quoi? Elles l’ignorent probablement elles-mêmes…

Quatrième situation possible : changer, puis stagner. Cette situation peut sembler souhaitable, puisque la personne qui la vit a, au préalable, réussi à changer au moins une fois. Cependant, une fois cela accompli, elle est tellement fière d’elle qu’elle se referme sur elle-même et cesse de progresser. Elle se bloque, par complaisance, à toutes possibilités de nouveaux changements, ce qui est néfaste à long terme. Einstein disait : « La vie, c’est comme une bicyclette, il faut avancer pour ne pas perdre l’équilibre. » Il a raison. Les personnes prisonnières de leur situation actuelle sont donc vouées à l’immobilité, puis à la chute. Une chute qui se révèle parfois fatale…

Différents éléments de l’œuvre représentent cette théorie. Tout d’abord, les nuages, qui occupent principalement la partie supérieure de la toile, représentent les perceptions erronées que nous pouvons avoir : elles sont fausses, donc immatérielles. Nous pouvons les (perce)voir, mais elles n’ont ultimement aucun impact réel. Ensuite, la surface sombre au bas de la toile représente l’ignorance, le néant. Le cercle noir, lui, représente les barrières qui nous empêchent de changer, malgré notre désir de le faire. En son centre, les multiples couleurs illustrent l’intériorité de chacun d’entre nous : un mélange de différentes émotions qui peuvent parfois être très contradictoires. Finalement, l’élément le plus frappant de l’œuvre : le flot de couleurs vives qui perce la barrière sombre afin de rencontrer, enfin, la liberté. Il s’agit de la représentation d’un changement réussi. D’ailleurs, cette rivière colorée se dirige vers un endroit ignoré de tous, puisque nous n’en voyons que l’amont : l’intérieur de notre être. Vers où se dirige se fluide agité : nul ne peut le savoir. L’unique façon de le découvrir : plonger tête première dans ces eaux et n’en jamais sortir. Cela demande évidemment beaucoup de souffle, de force et de courage… C’est pourquoi la personne qui désire changer sa vie doit avant tout manger beaucoup de légumes, faire de l’exercice et aimer beaucoup. Il est également important de pleurer beaucoup en cours de route, question d’alimenter ce cours d’eau, de faire fleuve un ruisseau.

François Chénier

Peinture réalisée par Antoine Veilleux. Description réalisée en collaboration avec François Chénier; écrivain et poète.

1.http://evene.lefigaro.fr/citation/vie-bicyclette-faut-avancer-perdre-equilibre-8792.php

Meteor Rain – 2016

Already sold / Déjà Vendue – 24″x48″ – acrylic

The thematic:

We have to destroy to change.

It is from the collapse of past ideas/perceptions/emotions with the news ones that comes an explosion. This explosion generate a positive destruction that result in a new and true change.

My interpretation:

We can associate this painting to the creation of stars.

  • A star is an accumulation of divers floating molecular clouds and heavier elements that collapse and create enormous explosion of energy. The potential of this energy is gigantic. When it is deployed, it does create new life. The life of a star begins when a diversity of gas and elements collapse together; it is from the complete opposition of elements that emerge the vital source of energy required to the creation of a complete different and new life. It is truly from destruction that the true life begins.
  • If we extrapolate the meaning of a star, it is the source of our life. The Earth planet came to life because the Sun (our star) with her gravitational power brought many elements and gas that did collapse together and created the Earth. Without the sun there is no life; no photosynthesis; no ecosystem; everything would collapse and wouldn’t be here today.

From the Artwork:

In the painting, we can see all the diversity of floating elements, gas and meteors from the various colours that were used to define them. The explosion, as it was created from the colours thrown, bring change; the various colours composition of the collapsing elements support this assumption. We can see the gigantic energy that emerge from the impact in the radiation of colours that surround the new star.

We can already see a true apparition of change in the center low of the paint. It was made from the destruction; the paint slide and fall from the impact of the thrown paints . There is a change in the colours, texture and shapes; we can see how the star as evolve and how it might look in the future.

My Message:

Every time you want or you have to make a real change in your life; you have to think as you were a new star in creation. You have to collapse your new desires, opinions, ideas with the one that you want to change to result in a true change. In other words, encounter your experience with all the properties you want to acquire to make your way through a true change in your life. It is from the oppositions of your past and your « wanted future » that will emerge your new life.

Be courageous, in front of the « meteor rain », and adopt a positive vision of the incredible phenomenon that is « Change »  Let him make you better.

Antoine Veilleux

 

Avec mon Amour dans les nuages – 2016

Already sold / Déjà Vendue – 16×20 – acrylic

Les couleurs de teinte rose et mauve en passant par un bleu de teinte ciel représentent la douceur et la passion de l’artiste pour la jolie demoiselle. Les couleurs sont en mouvements et ne semble pas être en contrôle ce qui illustre la passion qui est toujours vivante dans le couple. Il y a au contour de la toile un semblant d’atmosphère nuageux, mais dans ce cas si les nuages n’annoncent pas le mauvais temps; tout au contraire, ils expliquent le sentiment de flottement dans les nuages lorsque les deux sont réunis. Les deux longues lignes centrales représentent le couple qui plane et jouit ensemble. Il y a une constance dans l’utilisation des couleurs et du style de la toile ce qui illustre l’harmonie du couple.

L’utilisation du vernis solidifie leur unification et fait ressortir les couleurs qui reflètent leur amour pour chacun. Le vernis a été appliqué en le laissant couler sur la toile pour maintenir la thématique du laisser-aller. Tout comme les éléments de la toile, le vernis est en mouvement et accentue la vie dans la toile. L’utilisation de deux vernis a permis de cerner encore mieux les éléments expliqués précédemment; le vernis satiné a été utilisé sur le contour de la toile où il y a les nuages alors que le vernis brillant a été posé aléatoirement à l’intérieur du cadre formé par les nuages.Toutes les formes dans la toile sont soit des traits lignés, soit des rectangles ou des cercles ce qui symbolise l’importance de la simplicité dans la vie du couple. D’un autre ordre d’idée, la toile est très excitante malgré la simplicité de ses éléments. Ce qui joue vraiment un rôle dans la vie de couple, au fond, c’est ce que le couple ressent et non comment les autres les définissent. 

Antoine Veilleux

 

Free-Flow – 2016

 

Already sold / Déjà Vendue – 35″x28.5″ – acrylic

Tourbillon d’expression colorée.

Directions changeantes, mais puissantes et déterminées.

Allumés, émerveiller et époustouflant.

Hyperconnecté, raisonné et énergique

L’art est une forme d’expression que peu utilise pour se décrire, par contre, si l’un prend le temps de s’immerger et d’observer « Free-Flow », il viendra à la conclusion qu’une réflexion introspective suite à l’immersion dans cet univers coloré mène à une délivrance émotionnelle face à sois-même. Il sera alors moins complexe d’élaborer sa propre définition.

J’espère laisser assez de couleur et d’espace à mes observateurs pour qu’ils puissent y trouver leur place. 

Antoine Veilleux

 

Mer de Feu – 2017

Already sold / Déjà Vendue – 30″x30″ – acrylic

 

Alors que le ciel est en feu, la Mer s’évapore peu à peu.

Afin d’éteindre ce fléau, la Mer bouge ses eaux.

Malgré leur distance, la Mer perd sa prestance.

Les éclaboussures mènent à de graves blessures.

 

Le rouge n’a guère peur donc il demeure.

La Mer dans tous ces états emporte avec elle tout ce qu’elle a.

Le laisser-faire de la mer est éphémère.

La guerre est lancée, un coup de dé pour gagner.

 

La détresse prend vie, le ciel en est ravi.

Les conséquences sont ressenties par les plus petits.

Dans ses eaux, tous s’exaspèrent.

Dans ses nuages en flamme, tous se déchargent.

 

Le contraste est prenant, tout comme déterminant.

Deux fronts se rencontrent, deux extrêmes se contrent.

Un cycle infini, une cause indéfinie.

 

Antoine Veilleux

Les années folles – 2017

For sale / à vendre – 30″x30″ – acrylic

Les années folles; ces années où l’on prend goût à être; ces années où l’on apprécie le moment plutôt que le présent, le futur ou le passé; ces années où l’on se perd dans le moment en oubliant le passé, le futur et le présent; ces années où le futur n’est que le présent sans passé; ces années où l’on veut et que tout se peut; ces années où de gauche à droite le temps a passé sans point s’enligner; ces années où le passé semblait être si présent même si le futur était à notre nez; ces années inexploitées ou plutôt diversifiées où l’on veut être plutôt qu’être; ces années qui sont si éclaboussées que l’on n’en voit plus la vraie pensée colorée; ces années où la réalité a surpassé les idées; ces années où on est fou, fou de vie, fou de joie, fou de vérité, fou d’authencité, fou d’amour et fou de soi; mais c’est bien au passé qu’il faut parler de ces années, car maintenant que l’on sait, il faut mieux vivre pour le présent et le futur que pour le moment d’une éclaboussure.

Antoine Veilleux

 

Le Parallèle Humain – 2017

Already sold / Déjà Vendue – 12″x17″ – acrylic

Ici se déploie un univers parallèle au nôtre, un endroit où les éléments sont débordants de puissances et volatils, voire incontrôlables.Une puissance vivante et grandissante où l’humain n’a aucun pouvoir et aucune présence physique.

Le commun mortel franchit, malgré qu’il n’est guère le choix, cet univers seulement sous la forme d’un ombre. L’homme tout comme la femme ne sont qu’un espace vide d’énergie dans ce monde parallèle. L’ombre se déplace de façon linéaire, solitaire et sans raison à travers l’existence énergétique bleue; l’ombre de nous ne peut prendre part à ces éléments puisqu’elle est trop vide pour les vivres et les connaître.

Le passage de l’ombre d’une vie est aussi éphémère et intangible que son parcours coloré. Le chemin qui a été cédé à l’ombre peut se dissiper à n’importe quel moment dans le grand bleu; sans autre chemin possible, l’ombre se dissipera.

Antoine Veilleux

 

Le combat du Samouraï – 2017

Already sold / Déjà Vendue – 30″x30″ – acrylic

 

Le combat fut sanglant, exaltant et éprouvant pour les deux combattants.

Le Samouaï pratique avec l’éventail; il réplique avec la lame.

Du katana laissant les entailles au vent étourdissant les entourant.

Le sang éclaboussait, les entrailles gisaient sur le flan de l’homme rampant.

 

L’arme dans sa main droite;

le coeur du mort dans sa main gauche;

un corps sanglant à ses pieds;

Et l’honneur du vainqueur dans le vide de ses yeux.

 

Le coeur débattant encore, le samouraï rugissant d’un ton émouvant.

Personne ne l’entendant, il cessa et s’écroula.

Il réalisa qu’il devra perpétuer ce moment jusqu’à son propre avènement.

Il prit son malheur à deux mains et d’un seul mouvement l’acheva.

 

Les heures; les jours; les mois passèrent.

Le soleil crépitant laissant les oiseaux chantant au vent.

La nature suivant son cours, les fleurs poussèrent.

Leur corps, poussières; leur histoire, perte de temps.

 

Antoine Veilleux